Deprecated: elementor/widgets/widgets_registered est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez elementor/widgets/register à la place. in /home/lastatiodh/www/wp-includes/functions.php on line 5758

Deprecated: La fonction Elementor\Widgets_Manager::register_widget_type est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez register à la place. in /home/lastatiodh/www/wp-includes/functions.php on line 5383

Deprecated: La fonction Elementor\Widgets_Manager::register_widget_type est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez register à la place. in /home/lastatiodh/www/wp-includes/functions.php on line 5383

Deprecated: La fonction Elementor\Widgets_Manager::register_widget_type est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez register à la place. in /home/lastatiodh/www/wp-includes/functions.php on line 5383

Deprecated: La fonction Elementor\Widgets_Manager::register_widget_type est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez register à la place. in /home/lastatiodh/www/wp-includes/functions.php on line 5383

Lhomé en concert samedi 19 octobre, cinq ans après

A 44 ans, le Châtelleraudais Julien Laba, alias Lhomé, prépare un troisième album.A 44 ans, le Châtelleraudais Julien Laba, alias Lhomé, prépare un troisième album. © (Photo Lhomé)

Cinq ans qu’il n’a pas chanté dans sa ville. Le slameur, rappeur et poète Lhomé se produit ce samedi à la salle de la Gornière avec le Plein des sens. Interview.

Ça fait quoi d’être de retour “ à la maison ” cinq ans après votre dernier concert à Châtellerault ?

« C’était inespéré, j’avais fait une croix dessus. Ça a pu se faire grâce à l’association Le Plein des sens, qui essaie de faire bouger les choses sur la place culturelle à Châtellerault. Ils se sont intéressés à notre travail, sont venus nous voir à Loudun, ont apprécié et ont décidé de nous programmer. J’ai vraiment hâte de retrouver le public châtelleraudais. J’ai très envie de lui offrir un super moment, à la fois poétique et festif. »

Pourquoi a-t-il fallu attendre cinq ans ?

« C’est compliqué de jouer à Châtellerault, de rentrer dans une programmation des 3T. Ils (la collectivité et les 3T) ont pourtant la possibilité d’accompagner des groupes locaux, il existe une aide spécifique de la Drac pour ça. Avec le Plein des sens, on est sur une programmation ponctuelle. Je suis très content. En plus, on va jouer notre nouveau spectacle, notre grosse formule. »

Quelle est cette formule ?

« C’est une formule à quatre sur scène : Olivier Ayello à la batterie, Nicolas Demeulant à la basse, Gérald Villain au piano et moi-même à la voix. C’est plus énergique que notre format piano-voix, plus urbain, plus festif… Pour le coup, c’est vraiment un concert. Et ça colle bien à l’esprit d’engouement et d’énergie du Plein des sens. »

Dix-huit mois après la sortie de votre nouvel album, où en êtes-vous ?

« En décembre, je sors un nouvel EP de sept titres accompagné d’un recueil de poèmes. L’idée, derrière, c’est d’aller jusqu’au pressage d’un CD. Parce que mon public est davantage attaché au CD qu’au téléchargement. »

Vous espériez passer un cap avec ce deuxième album. L’objectif est-il atteint ?

« Le bilan est négatif même si j’en ai tiré des bénéfices. Je n’ai pas pu défendre l’album comme je le voulais. J’ai malheureusement mis plus d’argent pour le faire que pour le défendre. Ma coproduction m’a laissé tomber au moment de la sortie. J’ai dû payer, presser et faire la promotion seul. Cela dit, ça m’a amené beaucoup de reconnaissance, notamment par rapport au featuring avec Akhenaton. Avoir l’aval d’un grand du rap a un peu plus légitimé ma qualité d’artiste. »

Quel sera l’esprit du troisième album ?

« C’est une autre couleur musicale, moins mélancolique, moins sombre, plus proche de ce que je suis aujourd’hui, la quarantaine passée. Je suis beaucoup plus décomplexé musicalement. On verra bien si le public s’y retrouve. »

Quelles sont vos envies aujourd’hui ?

« J’ai envie de terminer ma carrière sur une note de plaisir. Je me laisse deux ans pour refermer cette super aventure musicale. Alors, je ne me pose plus de questions – l’impact, la promo, le clip à faire, l’argent à trouver, les réseaux sociaux à alimenter –, je me concentre juste sur ma musique et sur le plaisir que je peux transmettre. »

L’après, vous l’imaginez comment ?

« J’aimerais rester dans le domaine culturel. J’ai deux grandes envies, je ne sais pas si elles aboutiront un jour. D’une part, monter un festival pluridisciplinaire autour des artistes du verbe. D’autre part, créer dans un lycée une sorte de “ sport-études ” rap. Avec l’engouement suscité par les musiques urbaines, il y a matière à développer dès le lycée une voie professionnalisante. »

en savoir plus

Une soirée, deux concerts

Ce samedi, à partir de 19 h, salle de la Gornière, Lhomé assurera la première partie, avant de laisser place à La Poison, trio parisien de rock électro emmené par Daniel Jamet, cofondateur de la Mano Negra. Les sculptures de Ludovic Lepage (à partir de vieux outils) seront exposées dans le hall et l’Atelier Émulsion proposera de la sérigraphie textile. Les spectateurs sont invités à apporter leurs tissus en coton (t-shirts, sacs…). Entrée : adultes, 13 €; adhérents Plein des sens, 10 €; moins de seize ans, gratuit. Site Internet : lastation-asso.fr. Facebook : Le Plein des sens. Billetterie sur helloasso.com https://www.lanouvellerepublique.fr/chatellerault/chatellerault-lhome-en-concert-samedi-19-octobre-cinq-ans-apres?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=0&pageId=57da5cf8459a4552008b4aff